Fragment de lumière

Fragment et texte

 

Légende fragment

Publicités

Le lac le soir

2017-10-27 17.34.56

Un
Chemin
De lumière
Telle une rivière
Qui vient à moi
Une voie
Que j’emprunte
Sans laisser d’empreinte
J’avance sur le reflet
En équilibre
Sans filet
Mais libre
Tout n’est que miroirs
Scintillements de vif-argent
Images illusoires
En pleine extase dans ce monde changeant
Je pose le pied sur un éclat de lumière
Instant éphémère.

Jeux olympiques d’hiver en deux mille vingt six à Sion en Suisse

N’y aura pas de Jeux Olympiques

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Plus de Jeux d’hiver

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Y aura des Jeux Aquatiques

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Y aura de la neige fondue

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

On y fera du ski… nautique

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

En lieu et place de fondue

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Y aura du gaspacho au basilic

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

La piste de bob s’écoulera en rivière

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

On s’y lancera en canoë

Ohé, ohé
Tagada tsoin tsoin

Et vogue la galère

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Plus de hockey sur glace

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Mais du hockey sur gazon

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Ou, mieux, sur plexiglas

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Et le ski de fond

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Il deviendra du ski à roulettes

Pouêt, pouêt
Tagada tsoin tsoin

Quant au patinage artistique

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Il se fera sur patins à roulettes

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Et vive les rollers

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Le ski acrobatique

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Se métamorphosera

Abracadabra
Tagada tsoin tsoin

En pirouettes sur trampoline de gymnastique

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Du curling ?

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Non, du bowling

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Tant de soleil, fantastique !

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

On se croirait sous les tropiques !

Youpla boum
Tagada tsoin tsoin

Pour les prochain Jeux Olympiques

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Pour les Jeux d’Hiver

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Faudra aller en Antarctique

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Car y a dans l’air

Tralala la lère
Tagada tsoin tsoin

Comme du réchauffement climatique

Tralala la lère
Tagada… et  point.

Jeux Olympiques

 

Danse palmier

Notre société en quelques mots

La compétitivité
La productivité
La rentabilité
La rapidité
L’efficacité
… Notre société

L’exploitation
L’optimisation
La maximisation
La restructuration
… Notre société

L’hyper-consommation
L’immodération
L’exagération
… Notre société

Les désirs
Les plaisirs
Les loisirs
… Notre société

Le pillage
Le gaspillage
Sans partage
… Notre société

Faire du profit et profiter
Les maîtres-mots de notre société

Ou… vers une tranquille sobriété ?
Mais le chemin en est encore long et mouvementé.Satellite lune

Photos 751

 

Légende société

Intelligent mais insatiable

Il sait presque tout faire
Mais ne sait pas se modérer
Il est tout sauf pondéré
Il ignore la tempérance
Comme drogué par l’existence.

Inventeur habile et fébrile
Consommateur frénétique
Il a conçu l’automobile
Mais en use et en abuse et pollue
Il a trouvé le plastique
Mais en use et en abuse et pollue
Il a produit des antibiotiques
Mais en use et en abuse sans retenue
Il a découvert les engrais chimiques
Mais en use et en abuse et pollue
Il a conçu le système informatique
Mais en use et en abuse sans retenue
Il a envoyé dans l’espace des satellites
Mais en use et en abuse sans retenue.

Toujours plus
Et de plus en plus
Jamais assez et jamais trop
Haro !

Intelligent mais insatiable
Son cerveau hypertrophié pareil à un organe malade
Ressemble à une machine en roue libre, incontrôlable
Programmée pour exécuter des calculs en cascades
Incapable d’en ralentir le rythme effroyable.

 

 

Cerveau-OK

 

 

 

Gris bleu

Bleu gris
Anthracite
Ça s’assombrit
Puis se précipite
La pluie
L’a pris
L’a transi
Il s’essuie
Tout flétri
Vite se mettre à l’abri !

Il pleut, il pleut
Des cordes
A la queue leu leu
Une horde
De gouttes
Sur un ton monocorde
S’abat sur la route
Flagellant au passage
Son sombre visage
Il s’arc-boute
Devant le triste paysage
De partout l’eau dégoutte.

Il pleut, il pleut
Des cordes
A la queue leu leu
Tout déborde
Sous les amas nébuleux…
Soudain, une trouée
Du bleu
La pluie bafouée
D’un trait de soleil
Puis des couleurs
La huitième merveille
L’arc du paradis, porte du bonheur
Aussi infranchissable que fugace
Il court, grimace, s’agace
Tente de passer sous l’arc-en-ciel
En vain, l’arche providentielle
Reste immatérielle.

Peu à peu
Le bleu
Efface
Les derniers nuages tenaces
A leur place
L’azur sans tache
Qu’aucune trace
Ni ombre ne gâche
Excepté quelques gribouillages
Laissés par les avions et leurs sillages
Éloignés les soucis
Le ciel s’est éclairci
L’air adouci
Et agréablement rafraîchi
Évaporée la lourdeur qui avachi
Tout est léger, jouissif, exquis.

Mais ce n’est qu’un sursis
Au loin, l’atmosphère déjà s’obscurcit
L’air s’épaissit
Les nuages s’amoncellent
Le bleu se morcèle
Il scrute la tourmente à venir
Les yeux au ciel
Prêt à fuir
Mais qui peut s’échapper à soi-même ?
Voilà le problème !
Le bleu vire au gris
Une première zébrure le déchire
Les alentours se mettent à ternir
Son esprit s’aigrit.

Une accalmie
Après la pluie
Ainsi nous est servie la vie
Comme la météorologie
Des anticyclones, des dépressions
Des éclaircies, des occlusions
Un peu de bleu dans le gris
Qui ne l’aurait compris ?

 

Gouttes et arc en ciel_OK - Sphère

Gouttes et arc en ciel_sol_OK

 

 

Légende gouttes arc-en-ciel - Blog

 

 

Le paradoxe

L’Homme est un paradoxe sur deux pattes
Qui se comporte en acrobate
Il fait le grand écart entre deux extrêmes
Et s’égare dans ses théorèmes.
Tiraillé par sa conviction de trouver le bien-être dans la production
Tout en étant conscient qu’il produit ainsi la destruction
Découvrant que la nature nécessite urgemment une protection
Mais englué dans un tissu de contradictions
Il (sur)vit comme le funambule sur la corde raide
En équilibre tantôt sur l’une tantôt sur l’autre de ses pattes de bipède.
D’un côté, il vilipende
Les méchants pétroliers à bannir
De l’autre, il n’hésite pas à prendre
Sa voiture juste pour ses loisirs
D’un côté, il éprouve une crainte diffuse
Face au réchauffement climatique
De l’autre, il use et abuse
Des vols low cost ces pollueurs emblématiques
D’un côté, il veut voir
Des prairies fleuries et des champs sans pesticides
De l’autre, il ne peut concevoir
Que les litres de lait ne soient pas bon marché bien qu’insipides
Ou que les fruits ne soient pas ronds, lisses et non acides
D’un côté, il suce la Terre sans réfléchir
Et s’en inquiète
De l’autre, est plus fort son besoin de plaisirs
Que se mettre à la diète.
Pourquoi d’ailleurs se priverait-il, lui
Pour le bien-être de tous ?
Pourtant pour le futur de ses enfants, oui,
Il est prêt à ne pas gaspiller les ressources
Tout en changeant six fois par jour les couches, source
D’une montagne de déchets pour un petit pipi
Alors, dans son égoïsme il s’enfuit, pis
Il repousse et repousse
Dans sa folle course
Le moment de vraiment agir
Mais, sur le cours des choses, a-t-il réellement la capacité d’intervenir ?
Est-ce que l’Homme peut ralentir sa fuite en avant
Avant qu’il ne soit tout simplement plus vivant ?

Un paradoxe, une antinomie, une singularité, une absurdité
Cette espèce pas très stable sur ses deux pattes mais remplie d’avidité
Se multipliant sur une planète qui fait preuve d’une étonnante solidité.

 

Paradoxe

Le Silence

 

 

 

                                       ,                          ,

 

 

                                                ,

                               

 

 

                          

                       ,

 

 

 

 

                                                                                                                               .

Cadre du silence-Blog

 

Tom l’oiseau

C’est Tom l’oiseau
Il est si gros
Qu’il prend la place de deux tableaux.

Dans les deux autres tableaux
Il peut voler à sa guise
Devant un soleil couchant sur les flots
Ou sous un pont sur un ruisseau
Tout en faisant des vocalises
Malgré sa grande balourdise.

Le voilà qu’il séduit
Devant le soleil qui éblouit
Une oiselle invisible pour nous mais pas pour lui.

Sous le pont sur un claveau en appui
En moins d’une nuit
Un nid s’est construit
Déjà s’en élèvent des gazouillis.

Tom se réjouit
Tom s’enorgueillit
De ses petits Tom.

Mais qu’est-ce que ça consomme
Et un maximum !
Plus de somme pour Tom !

Les insectes et poissons dans les deux tableaux de paysages
Ne suffisent plus à leur nourrissage
Peut-être alors sur le mur où sont accrochés les tableaux
Trouvera-t-il quelques mouches à se mettre dans le jabot.

Oiseau-tableau-Blog